à notre cher Onc' Joe Krapov,
ses regards et ses mots, oh ! si pertinemment impertinents !
(aussi pour ce qu'ils ravivent, en moi, le souvenir
de mon meilleur ami, trop tôt parti...
Né, comme moi, en '65. Mon Jipé chéri !
Chouette, poète et photographe.
Et donc, à toi, Carole !
Très chère folle !! qui l'aima tant,
comme lui, toujours, en retour)

Surgi le temps
(subséquemment
à nos frasques d’enfants sans âge)
des fleurs fardées d’un vilain sang

Dans l’entourage
de nos ménages
(pour avoir manqué de courage ?
oh, ouiche ! très semblablement)

Que ferons-nous
toi à genou
moi, de ta peine…
tous deux, en bouche, un goût de haine ?

Semblable ment
évidemment
sinon, pourquoi venir en guerre ?

C’est quoi, ce mur ?
Tu l’as mis quand ?
Pourquoi pas une autre voilure ?

D’accord… D’accord…
mon Très Cher Corps
de ce pas vais
chez l’épicier
me prendre deux sous d’hellébore

Voui, pour la promenade
et rapporter ta limonade
afin que sucre
te fasse oublier notre manque de lucre
(et nos voisins
partis revisiter leur Cotentin)

Contente, hein ?

D’accord… D’accord…
Ok, je sors…
mais, tu sais, qu' c'est la guerr', dehors… ? Là !
Hors ça, ok, j'y vais…
Mais dis, Edith, pourquoi ne pas m’y enrôler
pour les besoins de ta paroisse
(dont celui d’arborer de nouvelles godasses)
ou de conjurer notre poisse …?

Bonjour… Bonsoir…
C’est qui, ces gens dans les couloirs ?
La Résistance ?
Ô Belle France
y verrais-tu quelque importance ?
Oh, épargne-m’en les fragrances !
(ainsi disait notre Jacquot, tirant - à blanc ? sur l’ambulance)

Vu que ces fleurs à leurs poitrails
(à l’arc-en-ciel en éventail)
Ouh… ça ne me dit rien qui vaille !

En attendant, Chérie… Eh, oh !
Ailles les croustillons et bous les bigorneaux
j’ai encor un boulot, sur le Trocadéro
après Nation...
pour la photo, quoi d'autre, fion !

Oui, ça, je sais, tu as tes règles...
Pourquoi, crois-tu, que me suis habillé en aigle ? 

femen_hurrah

tiniak ©2022 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
ⓁⓄⓋⒺ ! ⓁⓄⓋⒺ ! ⓁⓄⓋⒺ !


Goran Bregović - Kalashnikov (Poznań 1997)