>à La Volu<

Effilochant la toile neuve d'un jour gris
une percée dans les nuées laisse entrevoir
par-delà le grand dévidoir, un bleu sourire
venu jusqu'à lécher le sable en robe-soir

Quel infini, cette rumeur tombée sur nous !
Il ne nous en fallait pas tant pour défaillir
s'entendre, dans un même ensemble, et à genou
s'aimer, peut-être à s'y méprendre, et se le dire

Un vertige nous a saisis, ainsi qu'en rêve
l'âme, le corps et leurs fragments de gratitude
au petit bonheur se faisant, là, sur la grève
nos frébriles assortiments de plénitude

Il en bascule à s'étourdir, le jour d'automne
de nos élans, de nos soupirs, pleins et entiers
et l'occident de chavirer à la crémone
du firmament où la nuit viendra s'arrimer

Tu te rhabilles d'un silence auprès du mien
qu'en nos yeux perdure la danse...

Et la nuit forme, autour de nous, ce vaste lien
qui nous lie en reconnaissance

an_dancers-playa-wed

tiniak ©2021 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un 336ème défi d'Evy ayant pour thème : Composer l'équilibre.
(avec la liste de mots imposés Forme, Habiller, Rêver, Silence, Plénitude, Fragment, Sable, Effilocher, Infini)